Partager l'article

Le parrainage militaire

Texte : Clémentine HOTTEKIET-BEAUCOURT

Publié le : 02/06/2022 - Mis à jour le : 11/07/2022.

  • Cohésion
  • Histoire

De nombreuses villes parrainent des régiments de l’armée de Terre. Ce lien privilégié et officiel, permet à la nation d’exprimer sa reconnaissance aux militaires engagés. Pour l’armée de Terre, il contribue aussi à renforcer le lien armée-nation.

Vingt. C’est le nombre de régiments terriens parrainés par des villes. En avril dernier, la commune des Saintes-Maries-de-la-Mer dans le sud de la France est devenue la marraine du 503e régiment du train, basé à Nîmes. Un éloignement géographique réglementaire car les formations ne peuvent pas être parrainées par leur ville de garnison. Ce principe assure un rayonnement de l’armée de Terre sur l’ensemble du territoire.

Par ce lien, les municipalités souhaitent montrer leur reconnaissance à leur armée : François Baroin, maire de Troyes, a pris le 5e régiment de dragons (5e RD), implanté à Mailly-le-Camp, sous son aile. Il veut remercier « ces hommes et ces femmes qui ont choisi de servir notre pays jusqu’au sacrifice supérieur ». Le chef de corps du 5e RD, le colonel Wenceslas Martin, explique : « Ce rapprochement est une vraie chance. Il permet de sensibiliser les citoyens et de leur faire découvrir de manière concrète la vie de nos armées. » Les localités sont conviées aux défilés, prises d’armes et autres actions au profit de la jeunesse.

La crise du Covid-19 a donné tout son sens à ce dispositif : le 5e RD a contribué à la distribution de masques, de gel hydro-alcoolique et à la vaccination des Troyens. De son côté, Troyes a envoyé l’an dernier à l’unité, plus de 400 colis de Noël sur 3 théâtres d’opérations, pour la remercier de son engagement.

Une tradition ancienne

À l’origine, les agglomérations donnaient leur nom à des navires de guerre afin de maintenir le lien entre les marins et les familles restées à terre. À partir du XVIIIe siècle, les bâtiments sont baptisés en échange d’un financement octroyé à la Marine royale pour soutenir l’effort de guerre.  

Le parrainage s’étend aux unités de l’armée de l’Air en 1995 puis à celles de l’armée de Terre l’année suivante. Aujourd’hui il est plus symbolique et renforce le lien armée-nation. Les villes ont souvent un passé commun avec le régiment parrainé. « C’est une fierté pour l’armée de Terre de marquer le territoire par sa présence et par les valeurs qu’elle véhicule. On veut s'inscrire dans une histoire commune la plus féconde possible », insiste le colonel Wenceslas Martin.

La ville désirant être marraine doit monter un dossier qui doit être approuvé à l’unanimité par le conseil municipal et par l’Association des villes marraines. Lors d’une cérémonie, le maire et le chef de corps signent une charte officialisant le partenariat.

À lire aussi

Au centre, on recueille et on analyse des données sensibles : connaissance de l’adversaire, du milieu d’engagement…

Zoom sur

Le service national, instauré en 1798, a connu une succession d’évolutions jusqu'à sa suspension en 1996.

Histoire