Partager l'article

Brigadier Giovanni, pilote Jaguar

« Comme dans un cocon »

Texte : CNE Justine de RIBET

Publié le : 12/10/2022.

  • Jaguar
  • Prépa Ops
  • Innovation

Fin août, le 1er régiment étranger de cavalerie a reçu en dotation ses premiers Jaguar. Le brigadier Giovanni, pilote, nous raconte sa première rencontre avec ce nouvel engin blindé de reconnaissance et de combat moderne.

« Chaque pilote s’amuse un jour à imaginer le véhicule idéal. Habitué à l’AMX-10RC et convaincu par ce dernier, j’étais assez sceptique concernant les performances du Jaguar. Mais dès ma première formation, j’ai tout de suite adhéré à ce nouvel engin. La cabine de pilotage est spacieuse. Ce qui me plaît dans cet habitacle, c’est le volant. Il facilite les manœuvres et donc la conduite. Plus besoin d’anticiper les virages. Le Jaguar roule sur des voies lisses comme sur des passages accidentés et effectue les franchissements sans difficulté.    

Avec l’épiscope central et le réglage adéquat, on voit de jour comme de nuit : cette nouveauté nous permet d’être encore plus attentif, efficace et opérationnel quelle que soit l’heure. Sa hauteur et son blindage épais font également sa force. Ils offrent une double protection contre les engins explosifs improvisés. L’équipage se sent en sécurité, comme dans un cocon. Détail qui a son importance : la climatisation qui améliore considérablement notre qualité de vie sur les théâtres d’opérations aux températures élevées.

Le Jaguar est réactif

L’instruction de l’équipage dure six semaines au 1er régiment de chasseurs d’Afrique à Canjuers. Après sept jours de théorie, place à la pratique. La conduite tout-terrain reste le moment que j’ai le plus apprécié. La sensation de maîtrise est remarquable. Le Jaguar est réactif : en côte comme sur du plat, il atteint rapidement sa vitesse maximale. Lors des phases de démarrage et d’accélération, là où l’AMX-10RC prenait un peu plus de marge, le gain de temps est considérable. En cas de besoin, l’exfiltration peut se faire instantanément.

Dans le blindé, chacun a un rôle précis et des qualités propres à sa fonction. Désormais, la détection de l’ennemi ou encore la surveillance à 360° avec les caméras font partie intégrante des missions du pilote. Je suis réconforté à l’idée de savoir que nous avons un véhicule qui répond à nos attentes. Les prochains mois vont être denses mais nous sommes prêts. Rythmés par de nombreux essais sur le terrain et campagnes de tirs, l’objectif est d’atteindre une parfaite connaissance de l’utilisation du blindé. Je suis fier de faire partie des premiers pilotes Jaguar. J’espère être le premier à être projeté en Opex avec celui-ci. »

Le saviez-vous ?

300 : C’est le nombre de Jaguar prévus en dotation à l'horizon 2030

À lire aussi

Édito du général Jean-Marc Chatillon, commandant la formation de l'armée de Terre.

Le mot du chef

Au régiment du service militaire adapté de Guyane, l'adjudant Mikaël dépeint une mission pleine de sens.

Portraits

Fabien Galthié a passé une semaine avec le XV de France en immersion chez les légionnaires.

L'armée de Terre vue par...