Partager l'article

Caporal-chef Gérald, électromécanicien

« Un métier de terrain »

Texte : CNE Anne-Claire PÉRÉDO

Publié le : 12/07/2022 - Mis à jour le : 01/10/2022.

  • Prépa Ops

Le caporal-chef Gérald est électromécanicien au 31e régiment du génie. Sa fonction est primordiale car l’unité est la formation pilote pour la production d’énergie de l’armée de Terre. Pour la deuxième fois, il participera cette année au 14 Juillet. Grâce à son expertise et à celle de ses camarades, il contribuera à l’appui électricité des unités qui défileront. Lumière !

« Plusieurs de mes amis proches se sont engagés au sein de l’armée de Terre. J’ai assisté à leur changement. Tous sont devenus plus matures et ont gagné en stabilité. Après quelques recherches, je me suis dit : "pourquoi pas moi ?" Je ne trouvais pas de poste dans le milieu de la mécanique automobile, pour laquelle je suis qualifié. Je voulais donner du sens à mon avenir, j’ai donc choisi de mettre mes compétences au service de l’armée. À vingt-cinq ans, j’ai rejoint les rangs comme électromécanicien, une fonction qui n’est pas si éloignée de mon domaine de prédilection.

Après l’obtention de mon Certificat technique élémentaire, j’ai été affecté au 1er régiment du génie à Strasbourg en 2009, puis muté au 31e régiment du génie (31e RG) à Castelsarrasin. Mon travail consiste à approvisionner les unités en électricité quand elles sont engagées en opérations ou lors d’exercices. Un métier de terrain. Montage, câblage, ajustage… J’interviens sur toutes les petites pièces comportant des éléments électriques et mécaniques. J’assure le montage des moteurs, des variateurs de vitesse et je vérifie le bon fonctionnement de l’ensemble.

Des chemises impeccablement repassées

Le 31e RG est l’unité pilote pour la production d’énergie de l’armée de Terre. Nous participons à ce titre au 14 Juillet tous les ans. À Satory comme à Brétigny, nous assurons toute la partie électrique grâce à nos cinq groupes électrogènes de quatre-vingt kilowatts chacun. Une nécessité pour faire fonctionner l’armurerie de circonstance mais aussi les laveries, les douches de campagne…

Pour permettre aux unités de défiler avec des chemises impeccablement repassées, il faut bien alimenter le fer à repasser ! Pour mettre en place cet appui, nous arrivons sur place un mois avant le grand jour. Cette opération mobilise près de vingt militaires du rang et six sous-officiers. Une mission prenante qui nécessite des spécialistes de jour comme de nuit pour intervenir en cas d’avarie et entretenir le réseau au quotidien.

Nous reproduisons exactement ce que nous faisons en opération. Pour les plus jeunes, c’est très formateur. En 2021, mes camarades et moi sommes passés de l’ombre à la lumière : nous avons défilé pour la première fois sur les Champs-Élysées. Être applaudi et soutenu par nos concitoyens, donne encore plus de sens à notre métier de soldat. Se sentir utile est pour moi le plus important ».

À lire aussi

Édito du général Jean-Marc Chatillon, commandant la formation de l'armée de Terre.

Le mot du chef

Au régiment du service militaire adapté de Guyane, l'adjudant Mikaël dépeint une mission pleine de sens.

Portraits

Fabien Galthié a passé une semaine avec le XV de France en immersion chez les légionnaires.

L'armée de Terre vue par...