Partager l'article

Colonel Patrick, chef G7 à l’Eurocorps

« Une année ambitieuse »

Texte : CNE Justine de RIBET

Publié le : 16/11/2022.

  • Interallié
  • International

Le colonel Patrick, officier belge, est chef G7 à l’Eurocorps. Sa section organise et crée les préparations opérationnelles en conditions réelles. Aujourd’hui, elle conçoit l’exercice Common Tenacity. Celui-ci va permettre à l’état-major de se préparer à la certification Otan en 2023, pour sa prise d’alerte en 2024 en tant que Joint Task Force Head Quarters.

« Le rôle de la section G7 à l’Eurocorps est d’élaborer et d’organiser des exercices de préparation opérationnelle. Les joueurs sont également évalués. Avec mon équipe, nous proposons des scénarios qui collent à la réalité. Chaque évènement est anticipé. Il n’y a pas de place à l’imprévu. Tout est réglé comme du papier à musique.

Nous préparons aujourd’hui l’état-major en vue de l’obtention de la certification Otan. Un enjeu crucial puisque l’Eurocorps prend la tête de l’alerte JTFHQ en 2024. Capable de commander des éléments issus des composantes terre, air et mer, celle-ci est en charge de déployer des forces opérationnelles multinationales dans les plus brefs délais.

Pour cela, l’état-major doit approfondir son expertise au niveau opérationnel et stratégique. Exercice de préparation interne, Common Tenacity fait partie d’une série qui participe à cette montée en puissance de l’état-major de l’Eurocorps.

La décision la plus adéquate

Sa réalisation est planifiée deux ans à l’avance et demande une coordination fine entre les nations impliquées comme l’Espagne, la Pologne, la Belgique, l’Allemagne et la France.

Pendant la phase de conduite de l’exercice, je dirige et coordonne l’exercise control. Cette cellule joue les rôles de l’échelon supérieur et des états-majors subordonnés, ainsi que les entités avec lesquelles nous serions amenés à travailler : autorités civiles et militaires locales, et même médias.

Pour Common Tenacity, cette cellule intègre des éléments externes à l’Eurocorps, telles que la 11e brigade parachutiste française et la brigade logistique espagnole. Tout cela concourt à générer un milieu d’entraînement réaliste pour l’état-major de l’Eurocorps.

L’objectif est multiple : développer la capacité du personnel à opérer efficacement dans un environnement interarmées multinational, le forcer à analyser la situation pour qu’il prenne la décision la plus adéquate face à un évènement. Pour l’état-major comme pour ma section, l’anticipation est la clé de voûte de notre réussite.

Nous sommes ainsi déjà orientés vers la mission suivante de l’Eurocorps, l’European Union Battlegroup Force Headquarter, en 2025. »

Le saviez-vous ?

La mission European Union Battlegroup (EUBG) regroupe des forces multinationales interarmes de réaction rapide, capables de mener des interventions militaires dans le cadre de la politique de sécurité et de défense commune de l’Union européenne. Les groupements tactiques devraient permettre à l’UE de réagir avec des moyens militaires adaptés face à une situation de crise au-delà de ses frontières.

À lire aussi

Édito du général Jean-Marc Chatillon, commandant la formation de l'armée de Terre.

Le mot du chef

Au régiment du service militaire adapté de Guyane, l'adjudant Mikaël dépeint une mission pleine de sens.

Portraits

Fabien Galthié a passé une semaine avec le XV de France en immersion chez les légionnaires.

L'armée de Terre vue par...